En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.

Le Loup au Sappey - 2012

LoupLe Syndicat Mixte du Salève, avec l'école supérieure de Lullier du canton de Genève, a mis en place, depuis la mi-février 2012, des pièges photographiques dans les forêts du Salève afin de réaliser une inventaire de sa faune.

Entre le 22 et le 24 mars dernier et également le 14 avril, un loup a été photographié au dessus du Sappey alors que de petits troupeaux de moutons subissaient des prédations sur la commune de Vovray-en-Bornes.

Dès réception des images collectées par les élèves de l'école de LULLIER, nous avons transmis l'information à l'ONCFS, la DDT74 qui assurent le suivi de l'espèce ainsi que les constats pour l'indemnisation des propriétaires. La fédération des chasseurs a également été informée ainsi que les communes du plateau et versant des Bornes à l'occasion d'une réunion à Villy-le-Bouveret le 5 avril dernier.

Lire la suite...

Gaz de schiste  

                                                                                                                                                                                                     

sticker-741-1Contrairement au gaz conventionnel, qui est retenu, de façon concentrée, dans une « poche » sous une couche imperméable, le gaz de schiste est emprisonné sous forme de millions de petites bulles dans une roche très dure située entre 2500 et 4000 mètres de profondeur. Pour extraire ce gaz et huile de schiste, on envoie à très haute pression (600 bars) un liquide composé d'eau, de sable et 596 d'adjuvants chimiques très polluants, afin de créer des microfissures dans la roche, par lesquelles le gaz s'échappera et sera pompé vers la surface avec une partie du liquide de fracturation. Cette technique s'est révélée être une catastrophe écologique et sanitaire aux USA. Outre le fait qu'il faut utiliser entre 15 000 et 20 000 m2 d'eau par puits, dont 1 m2 de produits chimiques (aux Etats-Unis, un champ d'exploitation compte généralement une centaine de puits), les propriétaires américains qui ont accepté des forages se retrouvent avec des nappes phréatiques polluées, de l'eau non potable et inflammable et parfumée au méthane ou au benzène, une noria infernale de camions, sans compter les problèmes de santé publique du aussi par les émanations toxiques.

Une conférence aura lieu le vendredi 4 mai 2012 à la salle polyvalente du Sappey à 20h30

Plus d'articles...

  1. Prairie sèche

Connexion