En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.

Repas des 1 - Mars 2011

les 1Repas réunissant les « uns » (1!!!) le dimanche 13 mars 2011 à la salle polyvalente du Sappey.

Grâce à une initiative originale d’une habitante du Sappey les « uns » de la commune se réunissent tous les 10 ans. Cette année 34 Sapperan(e)s répondirent à l’appel et se retrouvèrent à la Salle Polyvalente.

Par « 1 », on fait allusion aux personnes nées un millésime se terminant par 1, soit par exemple 1921, 1931, 1941,1951... 2011 ! Eh oui, 2 mignons dont 1 né en 2011 participèrent à cette agape. La relève est assurée !

Les gens nés une année en « 1 », qu’ont-ils de particulier de plus que les gens nés en 2,3, ou en 4 ? Tout ! Du moins le croient-ils !
Ils sont beaux intelligents, sympas, drôles, éternellement jeunes sans rides ou presque* et surtout modestes. La modestie est leur principale qualité.

A part cela, le repas fut délicieux, l’ambiance chaleureuse et l’on se quitta à regret dimanche en fin d’après-midi après avoir échangé un dernier regard complice, empreint de nostalgie et surtout en ayant pris l’engagement d’être présent à notre prochaine réunion en mars 2021 ou peut-être avant...

Luc Ft
* Jeanne Calment, la centenaire née une année en 1 disait : « Je n’ai qu’une ride et je m’assieds dessus »
Eternellement jeunes voire, immarcescibles...

La famille Ghirardi et « La maison forte de chez Boget »

Ghirardi2A la sortie du chef lieu, sur la route du Salève, au lieu-dit « Chez-Boget », se cache un patrimoine remarquable du XVIIème siècle (voire du XVIème s.) dont on peut admirer la tour au nord. C’est la « maison forte » rénovée avec soin par ses propriétaires depuis plus de 50 ans : M. et Mme Ghirardi.

Il y a cinquante ans, venant de Carouge (Genève, Suisse), Pierre Ghirardi se promenait de ce côté du Salève que les Genevois connaissent peu. Il découvre au lieu-dit « Chez Boget » une demeure du XVIIème siècle qui lui plaît aussitôt. Il y est resté depuis…

En effet, son épouse et lui, non sans difficultés, en acquièrent d’abord la partie sud (soient la partie habitable et la moitié de la grange). La demeure est un bien indivis partagé par les quatre héritières du propriétaire. Ce n’est qu’une partie après l’autre, pendant près de vingt-cinq ans, que les Ghirardi peuvent finalement acquérir l’ensemble de la demeure.

Lire la suite...

Connexion